BDLS 61 : Le parcours du combattant

2
193
views

Les lunettes, je ne sais pas pourquoi, mais je rêve d’en avoir depuis que je suis petite. J’en étais presque à faire semblant de mal voir pour pouvoir en avoir. Oui, parfois les filles ont des idées bizarres.

lunettes 2

Au lycée, mon rêve s’est réalisé. Me voilà Lunet’ Girl. Halléluia ! Je trouvais ça cool. Ça faisait la fille mystérieuse, sérieuse, qu’on n’ose pas approcher. Le style quoi. Comme dans les films. Le kiff des lunettes a duré 1 an. Après ça m’a soulée. Je me suis rendue compte à quel point c’était chiant. Je les perds sans arrêt, je les oublie, elles s’abîment, elles tombent de mon nez, elles se rayent, et j’ai parfois une légère tendance à m’asseoir dessus.

Mais surtout, le plus chiant dans l’histoire, c’est de devoir les refaire tous les 2 ans. Non pas que ma vue change, mais elles sont dans un tel état que je ne vois plus rien dedans tellement elles sont rayées. J’ai plus mal à la tête en les mettant qu’en faisant ma vie sans elles. C’est ça aussi de les balancer dans son sac à côté des clés… Oui, je maltraite mes lunettes.

Cette année, je dois les changer, et c’est pas du luxe. Moi qui mets toujours 6 mois pour prendre RDV chez un docteur, c’est plutôt le parcours du combattant. J’aime pas les rendez-vous médicaux. Beurk. Vous le savez sûrement, mais pour prendre RDV avec un ophtalmo, déjà, c’est 6 mois d’attente minimum. Mais je sais pas moi ce que je ferai dans 6 mois les cocos, j’ai des horaires qui changent en permanence ! Du coup, en général, je laisse tomber. C’est la technique de l’autruche : repousser l’échéance au plus tard possible en se disant que tout va bien. Je suis très forte pour ça.

ophtalmo

Cette fois-ci, j’ai eu de la chance. Un beau matin, un collègue a débarqué dans le service avec une annonce alléchante : « Chers collègues, avez-vous besoin d’un rendez-vous ophtalmo ? J’ai rendez-vous demain, je vous laisse ma place ! ». Je me suis dit que c’était un signe du destin. Ça, ça n’arrive jamais.

Le rendez-vous s’est plutôt bien passé. Hormis la morale du docteur qui me rappelle que l’ophtalmo, c’est tous les 2 ans. J’en ai loupé un, pour lui, c’est pas sérieux. Et hormis mon envie soudaine de rigoler quand je le vois s’approcher à 2 cm de mon visage. C’est nerveux.

1ère étape : check. J’ai mon ordonnance, maintenant, va falloir prendre son courage à 2 mains et aller faire ces foutues lunettes.

lunettes 3

C’est un moment que je déteste. Faire des lunettes, ça veut dire aller en centre-ville. Ça veut dire y aller sur un jour de repos, parce que le magasin est ouvert du lundi au vendredi de 8h à 18h. Pile poil mes horaires. Ça veut dire galérer à se garer, ça veut dire interactions sociales, ça veut dire bain de foule, ça veut dire tête à tête avec un commercial qui essaye à tout prix de te vendre les supers dernières options high tech pour tes verres alors que tu lui dis que tu n’en veux pas. Et le pire, c’est qu’il arrive à te faire douter tellement son discours est bien rôdé. Bref… Tout ce que je déteste. Et surtout, il faut faire un choix. Pour une indécise de la vie incapable de prendre la moindre décision, c’est mission impossible pour moi. J’en arrive même à rester bloquée 15 minutes devant le rayon fromage juste pour un choix existentiel de fromage râpé.

2 mois plus tard, j’ai ENFIN un créneau pour aller les faire. J’ai une semaine de vacances avec Mr Patate, c’est parfait. Comme ça, il vient avec moi, et il m’aide. Yes ! On est bon ! Encore faut-il qu’il n’ait pas des goûts de chiottes.

Arrivés dans le magasin (je vous passe toutes les étapes de galère pour se garer), on sent une petite odeur de défaite. Les lumières sont toutes éteintes, il n’y a qu’une seule dame pour l’accueil. A notre regard, elle comprend direct pourquoi on vient : « Bonjour Monsieur, bonjour Madame ! Vous venez pour faire des lunettes ? Aaaah… C’est dommage… C’est fermé le lundi ! ». Super. Ça c’est tout nous. Mais bon… On n’est plus à une semaine près, hein ? C’est sans compter sur ma tête qui me dit « si si, ça urge ! Sinon je vais te faire exploser les yeux moi ! ».

ophtalmologiste

Une semaine plus tard, je retente ma chance. Cette fois-ci, c’est la bonne. Sauf que Mr Patate ne peut pas venir avec moi, il va falloir arriver prendre une décision seule. Le vendeur essaye de m’aider. Il me demande ce que je veux, mais je n’en sais strictement rien. Il me tend 3 – 4 paires, je les essaye, il me regarde en fronçant les sourcils en faisant « hum hum…. ». Soit il réfléchit à une paire qui pourrait m’aller, soit il me trouve ridicule avec celle qu’il m’a choisie. Je n’ai pas réussi à savoir. Comme ce qu’il me donne ne me plaît pas, il me laisse me débrouiller toute seule. Très bien ! J’ai pas spécialement envie qu’un inconnu me scrute avec une mine de scientifique bac +6. Ça me met mal à l’aise, j’ai besoin de mon intimité. A moins qu’il ait la fibre de Chirstina Cordula pour le look, mais visiblement, c’est pas son domaine. Merci Monsieur, je vous appelle quand c’est bon.

Ce que j’avais oublié, c’est que ce n’est pas moi qui choisis mes lunettes, mais ce sont elles qui me choisissent. Comme les baguettes magiques dans Harry Potter. Une fois enlevé toutes les paires trop chères, il ne reste plus grand-chose. Sur le plus grand-chose, il doit rester 2 paires qui me vont à peu près. Je prends la moins moche, évidemment, et hop ! Terminé ! On appelle ça « le choix par défaut ». Le Monsieur commercial a l’air de valider, on y croit.

2ème étape : Check. Je n’ai jamais été aussi proche du but.

1 semaine plus tard, j’ai enfin récupéré mes nouveaux yeux. En les mettant, je me suis rendue compte à quel point les autres arrivaient au bout de leur vie. Je revois !

lunettes 4

Ça, c’est fait. Je suis contente. J’ai une douce petite sensation d’accomplissement qui fait du bien. Contente d’avoir de nouvelles lunettes toutes jolies, de voir à nouveau, et surtout, contente d’avoir accompli ma mission. La ligne « refaire mes lunettes » est ENFIN rayée de ma To Do List. Plus que 952 lignes. J’ai de quoi m’occuper pour au moins 10 ans.

Je me suis promis d’en prendre soin et de les ranger dans leur boîte à chaque fois que je ne les utilisais pas. Normalement, je devrais tenir au moins 10 jours. Pour le moment, je tiens ma bonne résolution.

Et vous ? Vous êtes Lunet’ Girl / Boy ?

2 COMMENTS

  1. Je trouve que les lunettes habillent un visage! Personnellement j’en ai pas encore besoin, mon mari si – et je trouve que c’est un plaisir de choisir des nouvelles lunettes!

  2. Salut ! Cet article c’est tellement vrai ! Je suis Lunet’t girl et mon dieu que c’est pénible ! Et pour le sport j’en parle même pas
    J’attends qu’une chose : que ma vue se stabilise (25 ans) et de me faire opérer
    Bonne chance avec tes lunettes et pense à l’opération si tu es myopes !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here