❃ Distribuez des sourires ❃

0
52
views

Le mois de novembre n’aura pas été facile, et les plus pessimistes d’entre nous diront même que c’est 2015 qui fut complètement merdique. Les temps ne sont pas forcément à la gaieté et au rire.


Quand bien même.

Quand bien même nous retrouverions un semblant de normalité suite aux évènements que nous avons connus, la mission que je vous propose doit s’appliquer en tous temps, lieux et conditions. Que nous nagions dans le bonheur ou que nous soyons dévastés, nous aurons toujours besoin d’un sourire pour illuminer notre journée.

Soyez cette personne-là.

Il y a trop de gens qui se lèvent le matin avec un nuage noir au-dessus de leur tête. Qui s’énerveront pour un rien. Qui seront stressés, et reporteront leur stress sur les autres, et ainsi de suite, dans un cercle vicieux qui se répercute jusqu’à la fin de la journée.


Vous êtes peut-être cette personne, vous êtes peut-être la personne qui subit.

Vous pouvez choisir de changer cela. Renverser la tendance du cercle vicieux, et propager une distribution de sourires autour de vous.

On va commencer par un peu d’indulgence. La personne qui stresse tout le monde a probablement de bonnes raisons d’être stressée, et la plupart du temps elle reportera son angoisse sur son entourage sans même s’en rendre compte. Soyez indulgent avec elle. Avec la voiture qui klaxonne pour un rien, avec le piéton qui vous bouscule, avec vos collègues qui vous font des remarques. Il ne s’agit pas de leur trouver des excuses, mais d’accepter que la plupart du temps ces personnes n’ont rien contre vous, et le problème se situe en elles. Vous ne pouvez pas changer le problème, et ce n’est pas ce qu’on vous demande (les personnes à qui l’on sourit sont souvent de parfaits inconnus).

En revanche, vous pouvez changer votre façon de réagir à ces attitudes. Prenez-les à revers. Soyez bienveillant, respectez l’autre dans son individualité, ayez conscience que tous ces humains autour de vous sont des êtres en souffrance. Vous n’avez pas à partager leur souffrance, mais vous pouvez faire en sorte de ne pas l’empirer, voire de l’apaiser, même si ce n’est que pour quelques secondes.

Distribuez des sourires.

Même quand vous ne souriez pas à l’intérieur.

D’abord parce que ça ne coûte rien, un sourire. Ensuite parce que la personne en face en a probablement autant besoin que vous. Enfin, parce que sourire sincèrement à l’autre amorcera un début de sourire en vous.

Le sourire que vous ferez naître en retour sur le visage de cette personne (peu importe qu’il soit poli ou sincère) aura de grandes chances d’être redistribué à quelqu’un d’autre, qui le répercutera à son tour, et ainsi de suite.

Nous manquons de sourires quotidiens.

Et pourtant, ce serait si facile de les propager.

L’acte de sourire n’est pas anodin. Il est une marque de respect, de bonté et de bienveillance. En souriant, même aux personnes les plus ingrates (surtout à ces personnes-là), vous prenez de la hauteur et faites preuve d’humanité.

Essayez, pour voir. Juste pour voir, ça ne vous engagera à rien, et si vous n’aimez pas il sera aussi facile d’arrêter que ça l’est de s’y mettre.

Sourire à la caissière du supermarché, qui a probablement passé la journée derrière sa caisse et a vu défiler les personnes renfermées qui lui disaient à peine bonjour. Sourire à la personne qui attend le bus avec nous, qui appréhende peut-être la journée qui l’attend. Sourire au chauffeur en montant dans le bus, marque de reconnaissance pour le service public qu’il nous rend. Sourire à la personne assise en face de nous dans la salle d’attente, préoccupée par ses propres soucis. Sourire aux enfants, leur transmettre ce réflexe (et recevoir d’eux le plus sincère des sourires). Sourire à nos collègues. Sourire à nos voisins. Sourire à notre famille.

Sourire même quand notre sourire n’est pas rendu. Implanter un germe de sourire dans un cœur froid, ça ne sera jamais peine perdue.

Sourire à soi-même. Se rappeler que l’on s’aime, et que l’on est bienveillant envers sa propre personne. Il faudrait d’ailleurs peut-être commencer par là.

Sourire même quand tout va mal, parce que sourire, c’est aussi espérer. Croire en des lendemains meilleurs. Ou alors, si on n’y croit pas, sourire c’est rendre le présent plus doux, peu importent les lendemains. La douceur du moment compte. Même si c’est un sourire triste.

Allez, on montre l’exemple! 🙂

Sourire apaise.

Sourire rayonne.

Sourire pardonne.

Nous en avons besoin plus que jamais. Soyez ces personnes, qui distribuent des sourires autour d’elles. Qui stoppent le déferlement du quotidien pour quelques secondes, par la simple action des zygomatiques. Soyez ces personnes, qui prennent le temps de sourire aux autres, même quand vous êtes pressés, même quand vous êtes anxieux, même quand vous êtes en colère. Soyez ces personnes, qui sourient sans se demander si l’autre mérite notre sourire. Peu importe. Vous souriez aussi pour vous.

Ne distribuez pas de la négativité. C’est trop facile. Tout le monde sait faire. Ne choisissez pas de mépriser les autres simplement en les regardant, en subissant leur propre noirceur. Vous valez mieux que ça. Souriez-leur, donnez-leur une chance.

Donnez-vous cette chance. Souriez, dès que vous y pensez.

La vie est plus jolie avec un cœur qui sourit.


LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here