❃ L’Homme Irrationnel: De quoi en perdre la raison? ❃

    0
    6
    views

     

    Date de sortie: 14 octobre 2015
    Durée: 1h36
    Réalisé par: Woody Allen
    Avec: Joaquin Phoenix, Emma Stone, Parker Posey…
    Genre: Drame, Thriller, Romance
    Nationalité: Américain
    Synopsis: Professeur de philosophie, Abe Lucas est un homme dévasté sur le plan
    affectif, qui a perdu toute joie de vivre. Il a le sentiment que quoi
    qu’il ait entrepris – militantisme politique ou enseignement – n’a servi
    à rien.Peu de temps après son arrivée dans l’université d’une petite
    ville, Abe entame deux liaisons. D’abord, avec Rita Richards, collègue
    en manque de compagnie qui compte sur lui pour lui faire oublier son
    mariage désastreux. Ensuite, avec Jill Pollard, sa meilleure étudiante,
    qui devient aussi sa meilleure amie. Si Jill est amoureuse de son petit
    copain Roy, elle trouve irrésistibles le tempérament torturé et
    fantasque d’Abe, comme son passé exotique. Et tandis que les troubles
    psychologiques de ce dernier s’intensifient, Jill est de plus en plus
    fascinée par lui. Mais quand elle commence à lui témoigner ses
    sentiments, il la rejette. C’est alors que le hasard le plus total
    bouscule le destin de nos personnages dès lors qu’Abe et Jill
    surprennent la conversation d’un étranger et s’y intéressent tout
    particulièrement. Après avoir pris une décision cruciale, Abe est de
    nouveau à même de jouir pleinement de la vie. Mais ce choix déclenche
    une série d’événements qui le marqueront, lui, Jill et Rita à tout
    jamais. (Source Allociné)
    On était dimanche, il faisait froid, je n’avais rien à faire et il
    s’avérait que L’Homme Irrationnel était le seul film en VO diffusé dans
    ma ville ce jour là. J’avais regardé la bande annonce avant de décider
    d’aller le voir: il avait l’air pas mal mais je n’étais pas complètement
    emballée.
    Peut-être car il s’agissait d’un Woody Allen et que je
    n’avais que 16 ans? Une fois arrivée au cinéma, j’ai dû attendre une
    vingtaine de minutes pour enfin récupérer mes places vu le nombres de
    personnes -âgées- qu’il y avait. Décidément Allen était populaire mais
    certainement pas auprès de ma classe d’âge.

    J’ai eu un peu de mal à me plonger dans le film à causes des
    conversations creuses et quelques peu philosophiques du début. De plus,
    je n’arrivais pas à m’attacher aux personnages qui paraissaient au départ très archétypaux. En effet, Abe Lucas était un prof de philo dépressif et alcoolique et Jill Pollard une étudiante brillante (et jolie) avec laquelle il va développer une certaine affinité. Cela commençait donc comme une banale comédie romantique vue et revue. Or il s’avère que le film prend une tout autre tournure après une scène pivot et devient en un instant un film noir hitchcockien grâce à la grande inventivité d’Allen. 
    La seconde partie du film m’a donc beaucoup plus plu car elle prend un virage inattendu et traite de la morale, du hasard et de la mort. /! SPOILER /! J’ai apprécié que le film nous montre en quelque sorte l’engrenage qu’un meurtre -sans mobile apparant- pouvait entraîner et plus largement le prix de cette délibération qu’est d’avoir tué car Abe Lucas après son meurtre n’aurait pas hésité un instant à commettre un nouveau crime comme tuer de nouveau ou envoyer un innocent en prison si c’était le prix de son inestimable liberté et joie de vivre (comme raison de vivre) retrouvée. Ce film porte également sur le meurtre parfait et l’attrait du danger. Ce dernier est représenté par le personnage éponyme qui se sent vivant grâce au danger se se mettre au dessus des lois, de commettre un crime et de risquer de se faire prendre ainsi que par Jill qui est amoureuse de son charismatique prof de philo bien qu’elle ait un petit-ami adorable. Peut-être est-elle attirée par l’interdiction d’entretenir une relation avec son professeur? /! SPOILER /! L’Homme Irrationnel est donc un film cynique, plein d’élégance et d’humour avec une fin qui une fois de plus surprend le spectateur bien qu’elle le laisse un peu sur sa faim.

    Si Joaquin Phoenix assure le minimum, Emma Stone est très convaincante. J’ai été agréablement surprise par ce film de Woody Allen et si j’en visionne un autre du même réalisateur je partirais sûrement avec beaucoup moins d’aprioris. Cependant j’ai trouvé le film un peu long à mon goût surtout à certains moment et je suis contente qu’il ne durait pas plus longtemps. Pour conclure, si je devais y retourner en arrière, j’y retournerais seulement si je n’ai rien de mieux à faire.

    Ma note: ♥ ♥ ♥ ♥ • 3.5 (Bien)

    ***
    Avez vous vu le film? Qu’en avez-vous pensé? Je serais ravie de découvrir vos impressions en commentaires!

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here